ACCUEIL

 

FORMATIONS EN MILIEU SCOLAIRE

et autres Structures éducatives

FORMATIONS EN MILIEU PROFESSIONNEL

Audits
Spécial Collectivités territoriales
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Qui sommes nous ?
Conditions Générales d'Utilisation

 

SOCIOGRAMME POUR LA CLASSE / LE GROUPE

 

Etude du tissu relationnel dans un groupe d'individus qui permet de déterminer les enjeux affectifs qui agissent dans le groupe, les normes, la LOI du groupe, l'existence de leaders positifs ou négatifs, de personnes rejetées ou négligées, de triades, d'"étoiles", de "gangs"... Un outil clé pour le vivre ensemble !

Retour - Version imprimable

PRESENTATION

SOMMAIRE

Un groupe est en effet autre chose que la somme des parties qui le composent. Il a ses propres règles de fonctionnement qui dépendent d’un certain nombre de raisons rationnelles et/ou objectives (l’objectif poursuivi, la nature de la tâche, les conditions matérielles, le contexte…) et de raisons informelles, psychologiques, sociales et affectives qui déterminent les comportements des individus les uns par rapport aux autres.

Dans un groupe, la personnalité de chaque individu, (que l’on peut observer au travers de ses paroles, son comportement, ses attitudes…), est en interrelation avec les personnalités des autres membres. Elle est influencée par les réactions, les paroles, les attitudes à son égard…

Ce positionnement psychologique et affectif que chacun va se construire à partir de ses émotions, perceptions, stéréotypes et préjugés va tisser un réseau relationnel et affectif informel et donner au groupe une personnalité propre et défendre des valeurs.

 

Public : Primaires - Collège - Lycée - Groupe constitué et travaillant / agissant ensemble sur un même projet.

Durée : 15 minutes avec le groupe.

 

Version imprimable

Présentation

Objectifs

Vidéo de présentation

Quoi, pourquoi, comment, pour quoi ?

Formes de relation

Statut sociométrique des individus dans le groupe

Poids des individus dans le groupe

La carte sociométrique du groupe

Les effets sur le terrain

Faire un test dans mon groupe / ma classe

Règles pour former des groupes

Principe à retenir pour le groupe

OBJECTIFS

QUOI ? POURQUOI ? COMMENT ? POUR QUOI ?

Sociogramme de Jacob Moréno exposé commenté et animé, produit par le groupe 77 d'UEP Réseaux sociaux, politique et propagande.

 

 

  • Connaître les caractéristiques psychologiques des groupes :

  • Les interactions ;

  • L’émergence des normes ;

  • L’existence de buts communs ;

  • L’existence d’émotion et de sentiments collectifs ;

  • L’émergence d’une structure informelle ;

  • L’existence d’un inconscient collectif ;

  • L’établissement d’un équilibre interne et d’un système de relations stables avec l’environnement.

  • L’organisation intérieure des groupes :

  • la manière dont chacun-e vit le groupe et ses membres ;

  • la manière dont chacun-e vit sa « situation » dans le groupe ;

  • la manière dont chacun-e perçoit les autres, et la distance « sociale » qu’il-elle éprouve plus ou moins à l’égard de chacun des autres membres ;

  • la manière dont chacun-e est perçu-e par les autres.

Haut - Version imprimable

QUOI : L'apprentissage demande nécessairement un investissement personnel de chacun-e. Les conditions d'apprentissage offre un cadre dans lequel cet investissement va s'opérer. Ce cadre doit avant tout offrir une sécurité relative pour que les canaux de l'apprentissage puissent s'ouvrir à la fois pour les élèves, les jeunes mais aussi pour l'enseignant-e, le formateur-trice, l'intervenant-e. Le cadre doit donc veiller à garantir la satisfaction des  besoins fondamentaux de chaque être humain et en première ligne, la sécurité.

Se sentir en sécurité dans un groupe permet des interactions constructives, évolutives, l'acquisition de connaissances, la coopération, le développement de compétences, etc. Lorsque que ce groupe n'apporte pas cette sécurité, l'individu a tendance à se renfermer, à vivre sur ses acquis, à activité en permanence ses systèmes de défense et être peu ou pas ouvert aux propositions du groupe dont l'enseignant fait partie intégrante. C'est le cas dans les situations d'abus, de violence ou de harcèlement.

Imaginez maintenant que vous puissiez connaître les normes, les lois du groupe et comment elles sont structurées. Qui est populaire et influent-e et qui est ostrasisé-e, rejeté-e, négligé-e. Cela vous permettrez de constituer des petits groupes de travail, d'agir avec et sur chaque individu afin de changer la norme et de réduire les phénomènes de violence insidieuse qui œuvrent à chaque instant dans le groupe.

Agir sur la norme c'est faire en sorte que peu à peu chaque élève, enfant, jeune, se sente mieux et moins stigmatisé-e et puisse s'ouvrir pleinement à l'apprentissage. C'est ce que permet le test sociométrique, entre autre, dans un "groupe classe", ou groupe constitué travaillant ensemble.

 

POURQUOI : Vous avez remarqué que tel-le ou tel-le élève ou individu du groupe est isolé-e. Quelques remarques ou moqueries fusent quand on évoque untel ou unetelle, que certain-e-s refusent de se mettre avec d'autres. Que le groupe est préoccupé par certaines choses qui vous dépassent et peine à se concentrer sur une tâche, à travailler ensemble. Que la compétition entre les individus ou groupes d'individus semble être une raison d'agir plus importante que de se concentrer sur la réussite du projet en cours. Que cet-te élève est souvent absent-e, que les parents sont assez agressifs lorsque vous les rencontrez car ils ne comprennent pas que leur enfant souffre dans le groupe classe et vous jugent complice de cet état de faits...

 

COMMENT : C'est par un questionnaire simple composé de quatre questions différentes que l'on va connaître le statut social effectif de chacun-e dans le groupe mais également les interactions individuelles et collectives dans le groupe. Une fois les données compilées à la main ou à l'aide d'un logiciel, elles pourront très facilement analysées et permettent de déterminer les formes de relations que les élèves entretiennent entre eux.

 

POUR QUOI : Imaginez qu'un-e élève que vous pensiez discret-e, voire un peu réservé-e soit en fait rejeté-e par 84% des élèves de sa classe, de son groupe. Peut-elle-il réellement se trouver dans des conditions sereines pour les apprentissages scolaires et vivre une vie d'enfant, d'adolescent-e épanoui-e ? Quel serait alors le regard nouveau que vous porteriez sur elle-lui, sur la classe, sur le groupe ? Quel serait votre marge de manœuvre et votre part de responsabilité ou de culpabilité (au sens de se sentir concerné-e) dans cette situation ? Comment constitueriez-vous les classes de niveaux d'une année à l'autre si vous saviez qu'Ahmed, Julie ou Lorenzo étaient rejetés par plus de 60 % des élèves et plus particulièrement par un "gang" de la classe ?

En sachant où il faut agir et comment composer les groupes pour faire évoluer la situation, vous aurez déjà un outil efficient pour modifier le statut sociométrique des élèves en difficulté et pour intervenir sur cette violence agie et subie.

Notons également que rien que le fait de savoir que cela existe, ce qu'il se passe et comment ça fonctionne, agis "naturellement" sur la norme. Le fait de fermer les yeux, d'ignorer ou pis encore de ne pas vouloir savoir, renforce les comportements producteur de violences insidieuses dans le groupe avec l'accord tacite de la loi, du cadres, des adultes et c'est alors dans ce cadre, il faut bien le dire, que se joue l'apprentissage de la violence.

 

Haut - Version imprimable

FORMES DE RELATION ENTRE INDIVIDUS DU GROUPE

LE STATUT SOCIOMETRIQUE DE CHAQUE INDIVIDU DANS UN GROUPE

TABLEAU REPRESENTANT LE POIDS DE CHAQUE INDIVIDU DANS LE GROUPE

  • Choix unilatéral : A choisit B, mais pas l'inverse ;

  • Choix réciproque : A choisit B, qui choisit A
    Dyade : choix réciproque de deux individus, C et D par exemple, selon le même critère`;

  • Chaîne : suite de choix unilatéraux, A choisit B, qui choisit C, qui choisit D,...

  • Triade : groupe de 3 individus qui se choisissent réciproquement ;

  • Gang : groupe d'individus qui se choisissent réciproquement ;

  • Étoile : groupe d'individus qui choisissent tous une même personne, sans nécessairement avoir de liens entre eux. La personne choisie est le meneur de ce groupe.

  •  Isolé : il n'est ni choisi ni rejeté par aucun individu (selon le critère donné) ;

  • Meneur puissant : il est choisi par des individus ayant un statut sociométrique élevé, c'est-à-dire des individus choisis par plusieurs personnes ;

  • Meneur populaire : il est choisi par des individus à la périphérie du groupe, c'est-à-dire par des individus peu ou pas choisis.

  • Éminence grise : il est l'individu choisi par le meneur du groupe ;

On retrouve aussi :

  • Négligé : il n'est choisi par personne et n'est pas rejeté ;

  • Invisible : il fait des choix, s'accroche à des groupes et personne ne le choisit ;

  • Controversé : il est choisi autant qu'il est rejeté ;

  • Rejeté : Jamais choisi il est rejeté par quelques camarades du groupe ;

  • Bouc émissaire : Il est rejeté par plus de 50% des élèves de la classe / du groupe et jamais choisi. Il catalyse toutes les frustrations du groupe.

Haut - Version imprimable

Les élèves sont choisi-e-s ou rejeté-e-s par leurs camarades. Ces choix leur donne un certain poids dans le tissus relationnel affectif du groupe constitué.

Haut - Version imprimable

CARTE SOCIOMETRIQUE

LES EFFETS SUR LE TERRAIN

Cette carte peut être considérée comme le territoire que se partagent les élèves du "groupe classe". Sur cette carte la région tempérée se trouve au centre (verticalement) et à l’Ouest. Le climat le plus clément se trouve au Nord-Ouest et le plus rude au sud-est. Plus le territoire est large et plus les élèves sont « éclatés » dans ce territoire plus, il est long et complexe de les rassembler (ex. : les mobiliser sur une tâche ensemble, vivre ensemble…). Une carte moyenne est de 5/5 et 90% des élèves se trouvent sur la zone 2 à 5 / 0 à 3).

Nous avons mené une étude sur plus de 2000 élèves, du CP à la Terminale dans plus de 15 établissements différents sur des classes composées de 24 élèves en moyenne. Nous remarquons que :

  • 77,1 % des élèves se choisissent entre eux et  57,8 % des choix (3 par élève) sont mutuels (moyennes) ;

  • 27,8 % des élèves se rejettent entre eux et que 18,3 % des choix sont mutules ;

  • 6,5 élèves par classe en moyenne obtiennent le statut "Populaire" ;

    • 3 Garçons et 4 filles ;

  • 4,1 élèves par classe en moyenne obtiennent le statut "Rejeté" ;

    • 2,9 garçons et 1,5 fille ;

Nous avons remarqué que :

  • les garçons sont plus facilement rejetés que les filles ;

  • Les filles accèdent plus facilement au statut "populaire" quel les garçons, quel que soit le niveau ;

  • Plus les élèves sont jeunes et plus le clivage filles /garçons est important ;

  • Il y a en moyenne un élève qui est rejeté par plus de 50 % de ses camarades dans chaque classe ;

Mediationparlespairs a mené une expérimentation auprès de deux collèges qui ont bien voulu s'investir en faisant une mesure en début d'année (OCTOBRE) et en fin d'année (MAI) après avoir pris conscience de la situation dans chaque classe. La formation des personnels sur le sociogramme et la prise en compte des résultats discutés dans les différentes instances et réunions de travail, outre les facteurs externes et l'évolution "naturelle" du groupe, nous avons remarqué que la donne avait nettement évoluée. La carte sociométrique s'était considérablement réduite. Les élèves populaires ou rejetés interrogés ont perçu ces changements de manière positive. Les valeurs du groupe ont évolué vers un meilleur vivre ensemble dans l'intérêt de chacun. Le taux d'absentéisme des élèves fragilisé-e-s a également chuté, l'ambiance de classe s'est améliorée (selon les retours des enseignant-e-s et de la vie scolaire), les résultats scolaires ont augmenté. Enfin, Les adultes indiquent un relationnel avec les parents, dont les élèves étaient les plus fragilisés, amélioré.

Haut - Version imprimable

FAIRE UN SOCIOGRAMME POUR MA CLASSE /  MON GROUPE

Les données contenues dans le compte rendu d'une étude sociométrique sont extrêmement sensibles et sans doute à ne pas mettre entre toutes les mains ou au moins entre les mains de personnes qui ne seraient, au moins, sensibilisées à ce que l'on peut faire de ces données. Un règle d'or à ne jamais transgresser : Ne pas donner les résultats du test aux élèves ou au groupe sondé.

Voici un exemple de proposition d'analyse relatif au sociogramme ci-contre qui traite des personnes rejetées (3 choix pas élèves) :

 

Proposition d’analyse :

  • Cela devient très clair à propos d’Hélène, elle est rejetée par 63% des élèves de la classe, ce qui est un taux très élevé. Cela doit être extrêmement difficile à vivre, pour elle, au quotidien ;

  • Eva et Cassandra sont rejetées par le groupe classe, dans une moindre mesure (44,5%), mais qui reste tout aussi inconfortable ;

  • Ces trois élèves (Eva, Cassandra et Hélène) sont réellement éjectées, car les élèves qui ensuite sont le plus désignés sur cette question ne le sont que par moins de 18,5 % de leurs camarades. Cela reste supportable, notamment lorsque l'on a d'autres soutiens ;

  • Valentin confirme sa potion de leader positif, en effet, il n’est pas désigné et ne désigne lui-même personne à rejeter ;

  • Hugo fait trois choix sur cette question (du rejet) qui se dirige vers ceux qui sont les plus rejetés par les autres. Il tente donc de se fondre dans la masse qui ne le voit toujours pas, car, encore une fois, il n'est pas désigné ;

  • Hélène ne fait qu'un seul choix vers Mathilde. Éva ne fait aucun choix. Elles confirment par là, leur position de personnes « passives » rejetées par le groupe ;

  • -       …/...

On peut donc apprendre comment fonctionne le groupe et affiner très précisément cette compréhension pour chaque élève sur chaque question, en matière de choix, de représentations et sur l'idée que les élèves se font du groupe et d'eux-mêmes dans le groupe. On peut agir sur les chaînes, les triades, les étoiles... de manière "chirurgicale".

Haut - Version imprimable

Haut - Version imprimable

Pour faire un test dans votre classe / groupe :

  • Un protocole très strict à respecter pour faire passer le test ;

  • Une analyse pointue faite par un spécialiste extérieur au groupe (sans préjugés) est nécessaire  pour proposer des pistes à explorer ;

  • Un logiciel pour traiter les données est indispensable si l'on ne veut pas passer 3H00 par classe / groupe et si l'on souhaite que les données soient clairement lisibles.

ASJ Formation peut effectuer pour vous cette analyse. Pour toute question relative au sociogramme cliquez ici. Haut - Version imprimable

REGLES POUR CREER DES GROUPES (dans une classe)

LES PRINCIPES A RETENIR POUR LE GROUPE

Le sociogramme devrait être utilisé en conjonction avec des règles de formation d'équipes de travail :

  • Réfléchir sur la taille du groupe ;

  • Commencer par placer les individus isolés, idéalement avec leur premier choix. Sinon, les placer avec leurs deux premiers choix. Ne jamais mettre plus de deux isolés dans chacune des sous-groupe ;

  • Placer ensuite les élèves qui ont reçu un seul choix. Si le choix est réciproque, placer l'élève avec l'individu qui émet cette réciprocité ;

  • Continuer la répartition en partant des élèves qui reçoivent, du plus petit au plus grand nombre de choix. Idéalement, essayer de satisfaire les choix réciproques premiers.

  • Pour chacun des élèves, essayer de satisfaire plus de deux choix. Cela constitue une base de sécurité sociale pour les isolés. Il leur est plus facile de s'ajuster au groupe ;

  • Dans les classes où il y a des clivages importants dans les résultats sociométriques (ex., séparation entre les sexes à certains âges), constituer les équipes de manière qu'ils diminuent ;

  • S'il y a des cliques fermées à l'intérieur du groupe, il faut estimer leur influence possible sur les relations sociales des autres élèves. Si elle est indésirable, placer deux ou plusieurs membres de la clique dans des équipes différentes ;

  • Éviter de former des équipes constituées d'individus qui se rejettent mutuellement.

Haut Version imprimable

Notes : Pour toutes formation ou intervention le matériel peut être mis à disposition  gracieusement par médiationparlespairs.

Les tarifs sont variables en fonction de votre projet - nous consulter.
 

Contactez-nous au : 02 62 41 36 80 / 06 222 78 666 ou par mail sur contact@mediationparlespairs.fr

Haut - Imprimer le catalogue des formation

 

 

 

En partenariat avec :

Pour les acteurs et actrices de l'Animation

 

 

 

Pour les écoles, collèges, Lycée, et autres structures éducatives publiques ou privées...

 

Pour les entreprises, collectivités locales, services publics, associations, organisations, ...


Association loi 1901 (W595002759), Jeunesse Education Populaire N°59JEP1856, Agréée Education Nationale

Organisme de formation professionnelle N°04973182497 - Siret : 44514448800035 - APE / NAF : 9499Z

Tél. : 02 62 41 36 80-  - Mobile : +33 6 222 78 666 contact@mediationparlespairs.fr

CGU - Dernière mise à jour le : 12 avril 2019.

Mentions Légales